Quelle bague de fiançailles êtes-vous ?
3.7 (73.33%) 3 votes

« On rencontre sa bague de fiançailles comme on rencontre l’homme de sa vie : à un instant magique, on sait que c’est elle. » Cette phrase de Déborah, créatrice de Seijna, résume parfaitement la charge émotionnelle de ce bijou si particulier.

Petit point histoire pour commencer : la première bague de fiançailles fut offerte par l’Archiduc Maximilien d’Autriche à sa future épouse, la Princesse Marie de Bourgogne en 1477. Et déjà au XVe siècle, ce sont des diamants qui l’ornaient.

 

La pierre reine de la bague de fiançailles

Nous nous souvenons tous de la bague de fiançailles de la Princesse Diana, ou plus récemment de celle de Kate Middleton. Pour l’une comme pour l’autre, un splendide saphir central entouré très classiquement de diamants. Meghan Markle, désormais duchesse de Sussex, est en phase avec son temps : le diamant central de sa bague est rehaussé de deux diamants moins importants. Car oui, la bague de fiançailles d’aujourd’hui est définitivement diamant.

 

Comment choisir sa bague de fiançailles ?

Le choix d’une bague de fiançailles est le résultat d’une délicate équation entre ce dont on a envie et le budget dont on dispose. S’opposent donc comme souvent dans nos vies, le rêve et la réalité. La compétence d’un bon joaillier c’est sa capacité à conjuguer votre désir avec les moyens dont vous disposez. Vous rêvez d’un diamant imposant, sachez transiger sur sa pureté ou sa couleur si votre budget n’est pas illimité. À l’œil nu, seul un professionnel saura faire la différence entre un diamant impeccablement pur et blanc et une pierre moins exceptionnelle. Le diamant parfait n’est pas celui qui s’approche le plus d’une perfection scientifique, c’est celui qui vous plaît et que vous pouvez vous offrir.

 

Or rose, or jaune ou or blanc : quel métal choisir pour sa bague de fiançailles ?

Ici, seul votre goût entre en ligne de compte, puisque ces trois métaux sont d’un coût identique.

Tout au plus pourra-t-on noter que depuis quelques années, l’or blanc et l’or rose sont tendance alors que l’or jaune, plus classique, est en recul. On constate également une diminution du poids de métal des montures. Elles sont plus fines, plus aériennes, et il n’est pas rare de voir des diamants de plusieurs carats désormais montés sur à peine quelques grammes d’or. Le métal précieux s’efface pour laisser la vedette aux pierres qu’il sertit.

 

Les différents modèles de bague de fiançailles :

Aujourd’hui, la bague de fiançailles s’est affranchie des règles strictes d’autrefois et on peut, sans craindre la faute de goût, s’autoriser toutes les fantaisies. Si certains classiques ont toujours les faveurs des amoureux, le génie des joailliers est de savoir les réinventer pour les rendre infiniment désirables :

Le solitaire :

Classique entre les classiques, le solitaire met en lumière un diamant unique. C’est le serti utilisé qui fera la différence. Les sertis griffe sont les plus tendances en 2018.

Le solitaire entourage :

Une pierre centrale magnifiée par des diamants de plus petite taille disposés tout autour. Ce classique indémodable prend des accents de modernité lorsqu’il est réalisé en or blanc.

Le toi et moi :

Ce modèle, au nom prédestiné pour les amoureux, met en regard deux pierres d’un poids  et d’une taille généralement similaires. Mais, dans un élan d’originalité, on pourra aussi réunir un diamant taille poire et un autre taille brillant, ou une taille marquise et une taille brillant.

Le motif :

Si pour des raisons de budget ou de goût, une pierre centrale n’est pas envisageable, des perspectives infinies s’ouvrent à vous : arabesques, dentelles, motifs floraux ou géométriques, votre imagination – et celle de votre joaillier – sont les seules limites.

 

La bague de fiançailles sur mesure

Graal absolu, la bague de fiançailles sur mesure est le fruit d’un dialogue entre le joaillier et vos rêves. Comme pour  une robe couture, un ou plusieurs croquis appelés gouachés vous seront soumis afin que vous ayez une représentation parfaite de votre futur bijou. Viendra ensuite l’étape de la cire : votre bague est sculptée à taille réelle dans une résine qui servira à la fabrication du moule dans lequel le métal précieux sera fondu. Les mains expertes du bijoutier vont ensuite dégrossir le métal, l’ébarber, le scier, le souder… On passera alors à un premier polissage qui donnera éclat, lumière et relief à l’or, puis au sertissage des pierres choisies, avant l’ultime polissage final. Là, au terme d’heures de travail ayant mobilisé les artisans les plus compétents, vous découvrirez dans son écrin, ce bijou créé pour vous, à nul autre pareil.

Que ce soit en sur mesure ou prêt-à-porter, l’expertise de la maison Seijna et les conseils de Déborah sa créatrice vous seront précieux pour choisir ou faire réaliser ce bijou chargé d’une émotion unique.

0 Commentaire

Laissez votre commentaire